Philippines

5

Aucune garantie des droits

Aucun changement depuis l'année dernière

Les Philippines sont l’un des dix pires pays au monde pour les travailleurs et les travailleuses

  • Violence et assassinats

  • Arrestations pendant les grèves

  • Répression par l’État

Aux Philippines, les travailleurs/euses et leurs représentants font toujours l’objet d’agressions violentes, d’intimidation et d’arrestations arbitraires. Les syndicalistes, que le président Duterte qualifie non sans malveillance de «dangereux communistes», sont directement menacés par la police et l’armée, qui ont mené des perquisitions ciblées à leur encontre. Plus de 50 syndicalistes ont été tués depuis l’arrivée du président Duterte au pouvoir en 2016.

Violations des droits des travailleurs

Droit de mener des activités syndicales

Le 2 novembre 2021, un groupe de personnes se déclarant membres de la police de Quezon City se sont rendus au bureau national de l’organisation syndicale Sentro ng mga Nagkakaisa at Progresibong Manggagawa (SENTRO), à Manille, soi-disant pour enquêter au sujet d’un conflit de travail auquel était mêlée son affiliée, la fédération du secteur des boissons Federation and Cooperation of Cola, Beverage, and Allied Industry Unions (FCCU). La FCCU est actuellement impliquée dans un conflit de travail à l’entreprise Coca-Cola Philippines suite au blocage des négociations sur les salaires et à la campagne nationale pour la réintégration des dirigeants syndicaux licenciés abusivement.

Les individus n’étaient pas en possession de documents juridiques officiels qui les identifiaient, autorisaient leur intervention ou indiquaient l’objectif de leur visite. Ils ont demandé des renseignements de manière insistante sur le bureau de SENTRO, sur les autres syndicats présents et leurs activités. Les prétendus policiers se sont également rendus dans les locaux de la confédération syndicale Trade Union Confederation of the Philippines (TUCP) situés à Quezon City. Ils ont posé des questions sur la coalition de travail NAGKAISA, dont SENTRO fait partie.

Assassinats

Aux Philippines, le dirigeant syndical de 35 ans Dandy Miguel, président du syndicat PAMANTIK-Kilusang Mayo Uno (KMU), a été tué le 28 mars 2021 à Calamba alors qu’il rentrait chez lui à moto. Dandy Miguel présidait également le syndicat Lakas ng Nagkakaisang Manggagawa ng Fuji Electric et était membre du Conseil national du KMU. Dandy Miguel a été tué par des inconnus qui ont tiré sur lui à huit reprises. Peu de temps avant son assassinat, il avait déposé une plainte auprès de la Commission des droits humains au sujet de l’exécution extrajudiciaire de neuf militants membres de syndicats ou d’ONG à Calabarzon, le dimanche 7 mars, désormais appelé «dimanche sanglant». Les homicides de ce dimanche sanglant ont été commis juste après la déclaration du président Duterte appelant ouvertement les forces de sécurité à tuer les communistes s’ils portaient des armes.

Droit à la justice

Aux Philippines, Rosanilla Consad, secrétaire du syndicat enseignant Alliance of Concerned Teachers (ACT) pour la région XIII et vice-principale assistante du lycée San Vicente National High School, a été arrêtée en avril 2021 sur des accusations fabriquées de toutes pièces pour tentative de meurtre. Interrogée sans son conseiller juridique, elle a été présentée lors d’une conférence de presse comme une responsable de «haut rang» de la Nouvelle armée populaire, la branche armée du parti communiste philippin.

Poursuites pénales contre des dirigeants syndicaux pour leur participation à des grèves

Le 15 décembre 2021, dans l’entreprise philippine de fabrication de pâtes Soft Touch Development Corp., 44 employé(e)s ont été arrêtés alors qu’ils faisaient grève. Ils ont été accusés de rassemblement illégal, de désobéissance à une personne dépositaire de l’autorité, et de «trouble et scandale». Ils ont été libérés de prison 36 heures plus tard, dans l'attente d'une enquête plus approfondie. L’entreprise a affirmé que les employés n’avaient pas le droit de former un syndicat parce que leur employeur était l’agence de recrutement qui les embauchait. L’appel à la grève avait été lancé lorsque les travailleurs avaient appris qu’ils seraient licenciés le 24 décembre. La police a brutalement réprimé la grève en utilisant des canons à eau et des matraques avant d’emmener les grévistes de force dans une fourgonnette.

Les Philippines figurent parmi les pires pays pour les travailleurs. Plus de 50 syndicalistes ont été assassinés depuis l'accession au pouvoir du président Duterte en 2016.Ted Aljibe/AFP

Droits des travailleurs sur le plan juridique

Tous les pays